Nouvelles
Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

3 heures plus tôt

Bernard Ducharme Assurances

La saison d’hiver arrive, penser à remplir votre réservoir de lave vite et de changer vos essuie-glaces pour une meilleure vision pour votre sécurité routière Bernard Ducharme Assurances est là pour vous.
bernardducharme.com/
... Voir plusVoir moins

La saison d’hiver arrive, penser à remplir votre réservoir de lave vite et de changer vos essuie-glaces pour une meilleure vision pour votre sécurité routière Bernard Ducharme Assurances est là pour vous.  
http://bernardducharme.com/

4 jours plus tôt

Bernard Ducharme Assurances

Chauffage au bois : ce qu’il faut savoir!

« L’utilisation d’un appareil de chauffage au bois accroît les risques d’incendie et peut causer des dommages importants à votre résidence. »

Avec nos hivers souvent glaciaux, pas surprenant que les adeptes du chauffage au bois soient nombreux dans la Belle Province… Vous possédez un appareil de chauffage au bois ou songez à en faire installer un? L’équipe de L’Unique assurances générales a rassemblé les informations à connaître en lien avec son achat, son installation, son utilisation, son entretien et son impact sur votre assurance habitation!

1. Achat et installation d’un appareil de chauffage au bois : faites vos vérifications
Avant d’acheter un appareil de chauffage au bois ou une demeure qui est munie d’un tel appareil, l’Association des professionnels du chauffage (APC) et le Bureau d’assurance du Canada (BAC) recommandent de vous assurer :
· que l’appareil (incluant la cheminée) soit homologué ULC, CSA, ETL ou WarnockHersey (ITS);
· qu’il soit installé ou que son installation soit vérifiée par un professionnel du chauffage au bois, membre de l’APC;
· que son installation soit permise par la réglementation municipale.

2. Utilisation et entretien adéquats : pour réduire les risques
Le chauffage au bois présente de plus grands risques d’incendie. En plus de vous assurer d’une installation conforme, la meilleure manière de réduire le danger, c’est d’être très vigilant lors de l’utilisation et de l’entretien de votre appareil. Selon le BAC et l’APC, vous devriez :
· installer des détecteurs de gaz carbonique et assurez-vous qu’un extincteur portatif de 5 lb à poudre chimique de type ABC fonctionnel soit accessible à proximité de l’appareil;
· placer tout matériau combustible loin de l’appareil;
· n’y brûler que du bois de chauffage sec;
· faire inspecter l’ensemble de l’appareil par un professionnel du chauffage au bois chaque printemps pour détecter toute défectuosité;
· faire ramoner la cheminée par un ramoneur certifié chaque printemps pour éviter l’accumulation de créosote;
· nettoyer l’appareil au moins une fois par année;
· laisser les cendres refroidir complètement avant de les jeter, en les plaçant à l’extérieur, dans un contenant métallique à fond surélevé pendant au moins 72 heures.

3. Assurance habitation : informez votre courtier de la présence de ce type d’appareil
L’utilisation d’un appareil de chauffage au bois accroît les risques d’incendie et peut causer des dommages importants à votre résidence. La présence d’un tel appareil influence donc le montant de votre prime d’assurance habitation.
Il est primordial d’aviser votre courtier d’assurance de la présence ou de l’installation d’un poêle à bois. Votre assureur ajoutera alors une mention à votre contrat et s’assurera que votre installation est sécuritaire et conforme. Si elle ne l’est pas, vous serez informés des modifications à apporter. Votre assureur pourrait aussi refuser de couvrir une installation ne répondant pas aux normes. Une raison de plus de faire appel à un professionnel pour installer votre appareil!
Votre courtier d’assurance est là pour vous aider en matière de prévention des sinistres. N’hésitez pas à communiquer avec lui!
Source : L’unique assurances générales
bernardducharme.com/
... Voir plusVoir moins

Chauffage au bois : ce qu’il faut savoir!

« L’utilisation d’un appareil de chauffage au bois accroît les risques d’incendie et peut causer des dommages importants à votre résidence. »

Avec nos hivers souvent glaciaux, pas surprenant que les adeptes du chauffage au bois soient nombreux dans la Belle Province… Vous possédez un appareil de chauffage au bois ou songez à en faire installer un? L’équipe de L’Unique assurances générales a rassemblé les informations à connaître en lien avec son achat, son installation, son utilisation, son entretien et son impact sur votre assurance habitation! 

1. Achat et installation d’un appareil de chauffage au bois : faites vos vérifications 
Avant d’acheter un appareil de chauffage au bois ou une demeure qui est munie d’un tel appareil, l’Association des professionnels du chauffage (APC) et le Bureau d’assurance du Canada (BAC) recommandent de vous assurer : 
· que l’appareil (incluant la cheminée) soit homologué ULC, CSA, ETL ou WarnockHersey (ITS); 
· qu’il soit installé ou que son installation soit vérifiée par un professionnel du chauffage au bois, membre de l’APC; 
· que son installation soit permise par la réglementation municipale. 

2. Utilisation et entretien adéquats : pour réduire les risques  
Le chauffage au bois présente de plus grands risques d’incendie. En plus de vous assurer d’une installation conforme, la meilleure manière de réduire le danger, c’est d’être très vigilant lors de l’utilisation et de l’entretien de votre appareil. Selon le BAC et l’APC, vous devriez : 
· installer des détecteurs de gaz carbonique et assurez-vous qu’un extincteur portatif de 5 lb à poudre chimique de type ABC fonctionnel soit accessible à proximité de l’appareil; 
· placer tout matériau combustible loin de l’appareil; 
· n’y brûler que du bois de chauffage sec;  
· faire inspecter l’ensemble de l’appareil par un professionnel du chauffage au bois chaque printemps pour détecter toute défectuosité; 
· faire ramoner la cheminée par un ramoneur certifié chaque printemps pour éviter l’accumulation de créosote; 
· nettoyer l’appareil au moins une fois par année; 
· laisser les cendres refroidir complètement avant de les jeter, en les plaçant à l’extérieur, dans un contenant métallique à fond surélevé pendant au moins 72 heures. 

3. Assurance habitation : informez votre courtier de la présence de ce type d’appareil 
L’utilisation d’un appareil de chauffage au bois accroît les risques d’incendie et peut causer des dommages importants à votre résidence. La présence d’un tel appareil influence donc le montant de votre prime d’assurance habitation.  
Il est primordial d’aviser votre courtier d’assurance de la présence ou de l’installation d’un poêle à bois. Votre assureur ajoutera alors une mention à votre contrat et s’assurera que votre installation est sécuritaire et conforme. Si elle ne l’est pas, vous serez informés des modifications à apporter. Votre assureur pourrait aussi refuser de couvrir une installation ne répondant pas aux normes. Une raison de plus de faire appel à un professionnel pour installer votre appareil! 
Votre courtier d’assurance est là pour vous aider en matière de prévention des sinistres. N’hésitez pas à communiquer avec lui!
Source : L’unique assurances générales
http://bernardducharme.com/Image attachment

6 jours plus tôt

Bernard Ducharme Assurances

L’hiver arrive à grands pas, les vacances aussi sont à nos portes assurez-vous d’être bien protégé penser Bernard Ducharme Assurances.
bernardducharme.com/
... Voir plusVoir moins

2 semaines plus tôt

Bernard Ducharme Assurances

ATTENTION le 1er Décembre arrive vite !!!

N’oubliez pas vos pneus d’hiver, Bernard Ducharme Assurances pense à votre sécurité, elle est notre priorité.

bernardducharme.com/
... Voir plusVoir moins

ATTENTION le 1er Décembre arrive vite !!!

N’oubliez pas vos pneus d’hiver, Bernard Ducharme Assurances pense à votre sécurité, elle est notre priorité.

http://bernardducharme.com/

2 semaines plus tôt

Bernard Ducharme Assurances

Conservation des aliments : que faire en cas de panne?

« Les facteurs qui guideront vos décisions sont la durée de la panne, le type d’aliments et la température interne du réfrigérateur ou du congélateur.
Aliments réfrigérés. »

Même si les pannes d’électricité de plusieurs heures n’arrivent pas souvent au Québec, elles demeurent possibles. Lorsque cela arrive, comment gérez-vous votre nourriture réfrigérée et congelée? Est-ce que votre assurance habitation vous couvre pour la nourriture que vous devez jeter? L’équipe de L’Unique assurances générales fait le tour du sujet!
1. Y a-t-il quelque chose à faire pour se préparer à une éventuelle panne de plusieurs heures?
Oui! Déposer un thermomètre dans votre réfrigérateur est une mesure préventive qui facilitera le tri de vos aliments réfrigérés si une longue panne survient. Vous saurez immédiatement si la température de conservation sécuritaire (de 0 °C à 4 °C selon le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec) y a été maintenue ou non, même si la panne n’est pas terminée.
2. Comment maximiser la conservation des aliments réfrigérés et congelés pendant la panne?
Ouvrez les portes du réfrigérateur et du congélateur le moins possible.
3. Est-ce que l’assurance habitation couvre les aliments perdus à la suite d’une panne?
Les pertes d’aliments sont normalement couvertes par votre assurance si la panne survient à votre résidence principale. Communiquez avec votre courtier pour vous en assurer et pour vérifier les limites qui pourraient s’appliquer.
Si vous décidez de faire une réclamation pour vos aliments perdus, n’oubliez pas de noter tout ce que vous jetterez.
4. Comment départir ce qui doit être jeté de ce qui peut encore être mangé sans danger?
Les facteurs qui guideront vos décisions sont la durée de la panne, le type d’aliments et la température interne du réfrigérateur ou du congélateur.
Aliments réfrigérés
Un tri est nécessaire seulement si la température interne du réfrigérateur est de plus de 4 °C, ou si la panne a duré plus de 6 heures. Dans ce cas, il faut jeter :
- les aliments qui semblent détériorés;
- les récipients déjà ouverts contenant du jus de légumes, du yogourt ou du lait maternisé;
- les aliments qui suivent, ainsi que tout met préparé ou autres aliments qui en contiennent parmi leurs ingrédients : œufs, viande, poisson, fruits de mer, pâtes alimentaires (cuites ou fraîches), lait, crème, fromage à pâte molle, fromage à la crème, jus non pasteurisés, légumes préparés (ex. : en salade ou en soupe), légumes cuits.
Aliments congelés
- Panne de moins de 24 heures
Vérifiez que les aliments sont encore congelés. Si ce n’est pas le cas ou si vous doutez, décidez de leur sort en fonction des indications du point suivant.
- Panne de plus de 24 heures
Vérifiez attentivement tous les aliments se trouvant au congélateur.
Vous pouvez recongeler :
- Tout aliment dont le centre est encore dur et l’emballage recouvert de givre.
- Les fruits, les jus pasteurisés, les fromages à pâte dure et les boulangeries entièrement décongelés, pourvu qu’ils n’aient pas été exposés à une température de plus de 4 °C et que leur emballage ne soit pas abîmé.
- Vous pouvez cuire et manger sans tarder ou cuire et congeler de nouveau les aliments crus qui sont décongelés, mais qui ont été conservés à une température de moins de 4 °C.
Il faut jeter tous les aliments périssables décongelés ayant été exposés à une température de plus de 4 °C.
Votre courtier d’assurance est là pour vous aider en matière de prévention des sinistres. N’hésitez pas à communiquer avec lui!
Source : L’unique assurances générales

bernardducharme.com/
... Voir plusVoir moins

Conservation des aliments : que faire en cas de panne?

« Les facteurs qui guideront vos décisions sont la durée de la panne, le type d’aliments et la température interne du réfrigérateur ou du congélateur.
Aliments réfrigérés. »

Même si les pannes d’électricité de plusieurs heures n’arrivent pas souvent au Québec, elles demeurent possibles. Lorsque cela arrive, comment gérez-vous votre nourriture réfrigérée et congelée? Est-ce que votre assurance habitation vous couvre pour la nourriture que vous devez jeter? L’équipe de L’Unique assurances générales fait le tour du sujet! 
1. Y a-t-il quelque chose à faire pour se préparer à une éventuelle panne de plusieurs heures? 
Oui! Déposer un thermomètre dans votre réfrigérateur est une mesure préventive qui facilitera le tri de vos aliments réfrigérés si une longue panne survient. Vous saurez immédiatement si la température de conservation sécuritaire (de 0 °C à 4 °C selon le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec) y a été maintenue ou non, même si la panne n’est pas terminée. 
2. Comment maximiser la conservation des aliments réfrigérés et congelés pendant la panne? 
Ouvrez les portes du réfrigérateur et du congélateur le moins possible. 
3. Est-ce que l’assurance habitation couvre les aliments perdus à la suite d’une panne? 
Les pertes d’aliments sont normalement couvertes par votre assurance si la panne survient à votre résidence principale. Communiquez avec votre courtier pour vous en assurer et pour vérifier les limites qui pourraient s’appliquer. 
Si vous décidez de faire une réclamation pour vos aliments perdus, n’oubliez pas de noter tout ce que vous jetterez. 
4. Comment départir ce qui doit être jeté de ce qui peut encore être mangé sans danger? 
Les facteurs qui guideront vos décisions sont la durée de la panne, le type d’aliments et la température interne du réfrigérateur ou du congélateur. 
Aliments réfrigérés 
Un tri est nécessaire seulement si la température interne du réfrigérateur est de plus de 4 °C, ou si la panne a duré plus de 6 heures. Dans ce cas, il faut jeter :  
- les aliments qui semblent détériorés; 
- les récipients déjà ouverts contenant du jus de légumes, du yogourt ou du lait maternisé; 
- les aliments qui suivent, ainsi que tout met préparé ou autres aliments qui en contiennent parmi leurs ingrédients : œufs, viande, poisson, fruits de mer, pâtes alimentaires (cuites ou fraîches), lait, crème, fromage à pâte molle, fromage à la crème, jus non pasteurisés, légumes préparés (ex. : en salade ou en soupe), légumes cuits. 
Aliments congelés 
- Panne de moins de 24 heures 
Vérifiez que les aliments sont encore congelés. Si ce n’est pas le cas ou si vous doutez, décidez de leur sort en fonction des indications du point suivant. 
- Panne de plus de 24 heures 
Vérifiez attentivement tous les aliments se trouvant au congélateur.  
Vous pouvez recongeler :  
- Tout aliment dont le centre est encore dur et l’emballage recouvert de givre. 
- Les fruits, les jus pasteurisés, les fromages à pâte dure et les boulangeries entièrement décongelés, pourvu qu’ils n’aient pas été exposés à une température de plus de 4 °C et que leur emballage ne soit pas abîmé.  
- Vous pouvez cuire et manger sans tarder ou cuire et congeler de nouveau les aliments crus qui sont décongelés, mais qui ont été conservés à une température de moins de 4 °C.  
 Il faut jeter tous les aliments périssables décongelés ayant été exposés à une température de plus de 4 °C. 
Votre courtier d’assurance est là pour vous aider en matière de prévention des sinistres. N’hésitez pas à communiquer avec lui!
Source : L’unique assurances générales 

http://bernardducharme.com/

2 semaines plus tôt

Bernard Ducharme Assurances

6 conseils pour prévenir les dommages liés aux abris d’auto temporaires...

« Dans tous les cas, ne vous fiez pas aux blocs de béton! Même s’ils sont vendus dans la majorité des quincailleries, ils ne permettent pas d’ancrer assez solidement un abri de toile exposé aux vents hivernaux. »

Saviez-vous que les abris d’auto mal installés ou mal entretenus s’abîment plus facilement et sont plus susceptibles de causer des dommages à vos biens et à ceux de vos voisins?

L’équipe de L’Unique assurances générales vous offre quelques conseils pour réduire les risques que votre abri ne devienne une source de soucis ou de réclamations d’assurance auto ou habitation!

1. Vérifiez si votre municipalité permet l’installation d’abris d’auto temporaires et, si oui, à quelles conditions. En respectant la réglementation municipale, vous risquez moins de recevoir une amende, de subir des dommages ou d’avoir des conflits avec vos voisins.

2. Fixez solidement votre abri au sol, en optant pour les fixations les mieux appropriées à votre situation. L’utilisation d’ancrages adéquats est importante pour que l’abri résiste aux pires intempéries hivernales.

• Vous ne résidez pas dans une zone de grands vents et la surface d’ancrage de l’abri est en gravier, en asphalte ou en gazon? Vous pouvez sans problème utiliser les ancrages fournis par le fabricant de l’abri.
• Vous résidez dans une zone de grands vents ou la surface d’ancrage de l’abri est en pavé uni? L’installation d’ancrages permanents, idéalement par un expert en la matière, est conseillée afin d’assurer la stabilité de votre abri.
• Vous voulez réduire les risques au maximum? Augmentez la solidité de votre installation en déposant des sacs remplis d’eau ou de sable sur la base extérieure de la toile ou en ajoutant des bandes « antivent ».

Dans tous les cas, ne vous fiez pas aux blocs de béton! Même s’ils sont vendus dans la majorité des quincailleries, ils ne permettent pas d’ancrer assez solidement un abri de toile exposé aux vents hivernaux.

3. Faites une inspection régulière de votre abri pour vérifier la solidité des ancrages, des boulons et de la structure de l’abri.
4. Restez à l’affût des alertes de vents violents et de tempêtes diffusées par Environnement Canada. Avant l’arrivée de telles conditions, assurez-vous de bien fermer toutes les portes de l’abri.

5. Déneigez votre abri après chaque accumulation de neige ou de verglas afin de réduire les risques d’effondrement et l’usure prématurée. Pour enlever la neige de manière sécuritaire, il faut le faire à partir de l’extérieur de l’abri, en utilisant une pelle à toiture (en « T ») ou un balai. En cas d’accumulations importantes, il est conseillé d’enlever une petite quantité de neige à la fois, en alternant de côté. Vous éviterez ainsi de déstabiliser la structure.

6. À la fin de l’hiver, inspectez, démontez et rangez votre abri de manière à prévenir les mauvaises surprises à l‘automne suivant.

• Avant d’être démontée, la toile devrait être inspectée afin de repérer toute déchirure ou toute couture fragilisée. Certains fabricants d’abris d’auto offrent un service de réparation.
• Assurez-vous que la toile et la structure soient sèches et propres avant de les entreposer. Rangez-les dans un endroit sec, bien ventilé et protégé du soleil et des intempéries.

Votre abri a subi ou a causé des dommages? Voici ce qu’il faut savoir sur les assurances.

• Abri endommagé
Le poids de la neige ou les vents violents peuvent causer d’importants dommages aux abris de toile. Votre assurance habitation devrait normalement couvrir ces dommages.

• Dommages causés à votre automobile par votre abri
Votre abri s’est effondré ou s’est envolé et a causé des dommages à votre véhicule? Votre assurance automobile vous couvrira si vous possédez la protection du chapitre B qui couvre ce type de dommages.

• Dommages ou blessures causés à d’autres personnes par votre abri
Malgré une installation et un entretien adéquats de votre part, un événement incontrôlable a causé des dommages physiques ou matériels à une autre personne? Dans un tel cas, cette personne devra assumer les frais qui en découlent ou faire les démarches nécessaires auprès de son courtier d’assurance pour être indemnisée.

Par contre, s’il est prouvé que les dommages découlent d’une négligence de votre part (mauvais entretien, installation non sécuritaire, non-respect du règlement municipal), vous pourriez en être tenu responsable. La personne ayant subi les dommages pourrait alors vous poursuivre afin d’être dédommagée. C’est l’assurance responsabilité civile comprise dans votre assurance habitation qui couvrirait ces frais.

Votre courtier d’assurance est là pour vous aider en matière de prévention des sinistres. N’hésitez pas à communiquer avec lui!
Source : L’unique assurances générales

bernardducharme.com/
... Voir plusVoir moins

6 conseils pour prévenir les dommages liés aux abris d’auto temporaires...
 
« Dans tous les cas, ne vous fiez pas aux blocs de béton! Même s’ils sont vendus dans la majorité des quincailleries, ils ne permettent pas d’ancrer assez solidement un abri de toile exposé aux vents hivernaux. »

Saviez-vous que les abris d’auto mal installés ou mal entretenus s’abîment plus facilement et sont plus susceptibles de causer des dommages à vos biens et à ceux de vos voisins?

 L’équipe de L’Unique assurances générales vous offre quelques conseils pour réduire les risques que votre abri ne devienne une source de soucis ou de réclamations d’assurance auto ou habitation!  
 
1. Vérifiez si votre municipalité permet l’installation d’abris d’auto temporaires et, si oui, à quelles conditions. En respectant la réglementation municipale, vous risquez moins de recevoir une amende, de subir des dommages ou d’avoir des conflits avec vos voisins. 
 
2. Fixez solidement votre abri au sol, en optant pour les fixations les mieux appropriées à votre situation. L’utilisation d’ancrages adéquats est importante pour que l’abri résiste aux pires intempéries hivernales. 
 
• Vous ne résidez pas dans une zone de grands vents et la surface d’ancrage de l’abri est en gravier, en asphalte ou en gazon? Vous pouvez sans problème utiliser les ancrages fournis par le fabricant de l’abri. 
• Vous résidez dans une zone de grands vents ou la surface d’ancrage de l’abri est en pavé uni? L’installation d’ancrages permanents, idéalement par un expert en la matière, est conseillée afin d’assurer la stabilité de votre abri.  
• Vous voulez réduire les risques au maximum? Augmentez la solidité de votre installation en déposant des sacs remplis d’eau ou de sable sur la base extérieure de la toile ou en ajoutant des bandes « antivent ». 
 
Dans tous les cas, ne vous fiez pas aux blocs de béton! Même s’ils sont vendus dans la majorité des quincailleries, ils ne permettent pas d’ancrer assez solidement un abri de toile exposé aux vents hivernaux.  
 
3. Faites une inspection régulière de votre abri pour vérifier la solidité des ancrages, des boulons et de la structure de l’abri. 
4. Restez à l’affût des alertes de vents violents et de tempêtes diffusées par Environnement Canada. Avant l’arrivée de telles conditions, assurez-vous de bien fermer toutes les portes de l’abri. 
 
5. Déneigez votre abri après chaque accumulation de neige ou de verglas afin de réduire les risques d’effondrement et l’usure prématurée. Pour enlever la neige de manière sécuritaire, il faut le faire à partir de l’extérieur de l’abri, en utilisant une pelle à toiture (en « T ») ou un balai. En cas d’accumulations importantes, il est conseillé d’enlever une petite quantité de neige à la fois, en alternant de côté. Vous éviterez ainsi de déstabiliser la structure.  
 
6. À la fin de l’hiver, inspectez, démontez et rangez votre abri de manière à prévenir les mauvaises surprises à l‘automne suivant. 
 
• Avant d’être démontée, la toile devrait être inspectée afin de repérer toute déchirure ou toute couture fragilisée. Certains fabricants d’abris d’auto offrent un service de réparation. 
• Assurez-vous que la toile et la structure soient sèches et propres avant de les entreposer. Rangez-les dans un endroit sec, bien ventilé et protégé du soleil et des intempéries. 
 
Votre abri a subi ou a causé des dommages? Voici ce qu’il faut savoir sur les assurances. 
 
• Abri endommagé  
Le poids de la neige ou les vents violents peuvent causer d’importants dommages aux abris de toile. Votre assurance habitation devrait normalement couvrir ces dommages.  
 
• Dommages causés à votre automobile par votre abri 
Votre abri s’est effondré ou s’est envolé et a causé des dommages à votre véhicule? Votre assurance automobile vous couvrira si vous possédez la protection du chapitre B qui couvre ce type de dommages.  
 
• Dommages ou blessures causés à d’autres personnes par votre abri 
Malgré une installation et un entretien adéquats de votre part, un événement incontrôlable a causé des dommages physiques ou matériels à une autre personne? Dans un tel cas, cette personne devra assumer les frais qui en découlent ou faire les démarches nécessaires auprès de son courtier d’assurance pour être indemnisée. 
 
Par contre, s’il est prouvé que les dommages découlent d’une négligence de votre part (mauvais entretien, installation non sécuritaire, non-respect du règlement municipal), vous pourriez en être tenu responsable. La personne ayant subi les dommages pourrait alors vous poursuivre afin d’être dédommagée. C’est l’assurance responsabilité civile comprise dans votre assurance habitation qui couvrirait ces frais. 
 
Votre courtier d’assurance est là pour vous aider en matière de prévention des sinistres. N’hésitez pas à communiquer avec lui! 
Source : L’unique assurances générales

http://bernardducharme.com/

3 semaines plus tôt

Bernard Ducharme Assurances

RAPPEL IMPORTANT,
N’oubliez pas! nous changeons d’heure cette fin de semaine. Il est IMPORTANT de changer vos piles de détecteur de fumer Bernard Ducharme Assurances pense à votre sécurité et celle de votre famille.
bernardducharme.com/
... Voir plusVoir moins

RAPPEL IMPORTANT, 
N’oubliez pas! nous changeons d’heure cette fin de semaine. Il est IMPORTANT de changer vos piles de détecteur de fumer Bernard Ducharme Assurances pense à votre sécurité et celle de votre famille.
http://bernardducharme.com/

3 semaines plus tôt

Bernard Ducharme Assurances

4 trucs pour une Halloween sécuritaire

''Qu’on l'aime ou pas, la fête de l’épouvante est un incontournable de la fin du mois d’octobre. Chaque année, elle est marquée par les décorations, les déguisements et les enfants costumés qui parcourent les rues à la chasse de bonbons.''

Autant d’éléments qui augmentent les risques d’accidents et de réclamations d’assurance auto ou habitation... L’équipe de L’Unique assurances générales vous propose quelques trucs pour une Halloween en toute sécurité!

1. Optez pour un déguisement visible et pratique
La Croix-Rouge recommande de s’assurer que le costume choisi :
• Permette de voir et d’entendre adéquatement : évitez les cagoules et les masques.
• Soit bien visible : optez pour un costume aux couleurs vives et munissez-le de bandes réfléchissantes s’il ne l’est pas déjà.
• Soit assez court pour ne pas faire trébucher l’enfant.

2. Sécurisez vos décorations et votre entrée
Si une personne se blesse ou subit des dommages matériels chez vous, saviez-vous que vous pourriez en être tenu responsable et qu’elle pourrait vous réclamer d’importants montants de dédommagement? Même si ces frais sont couverts par la protection responsabilité civile comprise dans votre assurance habitation, quelques simples précautions pourraient vous éviter les tracas découlant d’une telle situation :

• Réduisez les risques de brûlures et d’incendies en utilisant des chandelles à DEL dans vos citrouilles.
• À l’extérieur, installez seulement des décorations résistantes au vent et à la pluie et fixez-les solidement en place.
• Réduisez les risques de chutes en vous assurant de libérer un passage sécuritaire jusqu’à votre entrée. Ce passage devrait être exempt de tout débris (feuilles mortes, branches, etc.), corde, ruban ou fil électrique au niveau du sol.
• Éclairez votre entrée le soir de l’Halloween.

3. Rappelez aux enfants les consignes et limites à respecter pendant leur chasse aux bonbons
• Exigez que les jeunes enfants soient toujours accompagnés d’un adulte et que ceux qui sont assez grands pour partir sans adulte circulent en groupes d’au moins quatre personnes.
• Avant le départ, convenez de l’itinéraire à emprunter et de l’heure de retour.
• Recommandez-leur de partir avec une lampe de poche qu’ils garderont allumée tout au long du parcours pour bien voir et être vus.
• Tout au long du parcours, incitez-les à :
• Marcher sur le trottoir en tout temps;
• Passer sur un côté de rue à la fois;
• Traverser les rues aux passages piétonniers uniquement, en ayant préalablement regardé des deux côtés pour s’assurer que la voie est libre de véhicules;
• Ne jamais entrer dans l’auto ni la maison d’un étranger;
• Sonner aux maisons éclairées seulement;
• Attendre qu’un parent ait vérifié les bonbons récoltés avant d’en manger (vous devriez jeter tout bonbon déjà ouvert ou dont l’emballage est altéré);
• Rester loin de toute flamme (certains déguisements peuvent s’enflammer facilement).

4. Si vous prenez le volant, ralentissez et conduisez très prudemment
Que vous vous rendiez à une fête costumée, à l’épicerie pour acheter davantage de friandises ou quelque part loin des petits monstres avides de sucreries, redoublez de vigilance, particulièrement dans les zones résidentielles!

Qu’on l'aime ou pas, la fête de l’épouvante est un incontournable de la fin du mois d’octobre. Chaque année, elle est marquée par les décorations, les déguisements et les enfants costumés qui parcourent les rues à la chasse de bonbons.

Votre courtier d’assurance est là pour vous aider en matière de prévention des sinistres. N’hésitez pas à communiquer avec lui!
Source : L’unique assurances générales
... Voir plusVoir moins

4 trucs pour une Halloween sécuritaire

Qu’on laime ou pas, la fête de l’épouvante est un incontournable de la fin du mois d’octobre. Chaque année, elle est marquée par les décorations, les déguisements et les enfants costumés qui parcourent les rues à la chasse de bonbons.

Autant d’éléments qui augmentent les risques d’accidents et de réclamations d’assurance auto ou habitation... L’équipe de L’Unique assurances générales vous propose quelques trucs pour une Halloween en toute sécurité! 
 
1. Optez pour un déguisement visible et pratique 
La Croix-Rouge recommande de s’assurer que le costume choisi :  
• Permette de voir et d’entendre adéquatement : évitez les cagoules et les masques. 
• Soit bien visible : optez pour un costume aux couleurs vives et munissez-le de bandes réfléchissantes s’il ne l’est pas déjà. 
• Soit assez court pour ne pas faire trébucher l’enfant. 
 
2. Sécurisez vos décorations et votre entrée 
Si une personne se blesse ou subit des dommages matériels chez vous, saviez-vous que vous pourriez en être tenu responsable et qu’elle pourrait vous réclamer d’importants montants de dédommagement? Même si ces frais sont couverts par la protection responsabilité civile comprise dans votre assurance habitation, quelques simples précautions pourraient vous éviter les tracas découlant d’une telle situation : 
 
• Réduisez les risques de brûlures et d’incendies en utilisant des chandelles à DEL dans vos citrouilles. 
• À l’extérieur, installez seulement des décorations résistantes au vent et à la pluie et fixez-les solidement en place.  
• Réduisez les risques de chutes en vous assurant de libérer un passage sécuritaire jusqu’à votre entrée. Ce passage devrait être exempt de tout débris (feuilles mortes, branches, etc.), corde, ruban ou fil électrique au niveau du sol.  
• Éclairez votre entrée le soir de l’Halloween. 
 
3. Rappelez aux enfants les consignes et limites à respecter pendant leur chasse aux bonbons 
• Exigez que les jeunes enfants soient toujours accompagnés d’un adulte et que ceux qui sont assez grands pour partir sans adulte circulent en groupes d’au moins quatre personnes. 
• Avant le départ, convenez de l’itinéraire à emprunter et de l’heure de retour.  
• Recommandez-leur de partir avec une lampe de poche qu’ils garderont allumée tout au long du parcours pour bien voir et être vus. 
• Tout au long du parcours, incitez-les à :  
• Marcher sur le trottoir en tout temps; 
• Passer sur un côté de rue à la fois; 
• Traverser les rues aux passages piétonniers uniquement, en ayant préalablement regardé des deux côtés pour s’assurer que la voie est libre de véhicules; 
• Ne jamais entrer dans l’auto ni la maison d’un étranger; 
• Sonner aux maisons éclairées seulement; 
• Attendre qu’un parent ait vérifié les bonbons récoltés avant d’en manger (vous devriez jeter tout bonbon déjà ouvert ou dont l’emballage est altéré); 
• Rester loin de toute flamme (certains déguisements peuvent s’enflammer facilement). 
 
4. Si vous prenez le volant, ralentissez et conduisez très prudemment 
Que vous vous rendiez à une fête costumée, à l’épicerie pour acheter davantage de friandises ou quelque part loin des petits monstres avides de sucreries, redoublez de vigilance, particulièrement dans les zones résidentielles!  

Qu’on laime ou pas, la fête de l’épouvante est un incontournable de la fin du mois d’octobre. Chaque année, elle est marquée par les décorations, les déguisements et les enfants costumés qui parcourent les rues à la chasse de bonbons.
 
Votre courtier d’assurance est là pour vous aider en matière de prévention des sinistres. N’hésitez pas à communiquer avec lui! 
Source : L’unique assurances générales